La stratégie collective dans les métiers d’art

Stratégie collective dans les métiers d'artDepuis décembre 2003, le Ministère chargé de l’Artisanat a publié par arrêté la liste des métiers de l’artisanat d’art. Cette liste comprend officiellement 217 métiers, classés en 19 domaines définis selon le matériau ou l’activité. Depuis peu, les métiers d’art français ont vécu un tournant sans précédent dans leur histoire, puisque l’article 20 de la loi Artisanat, Commerce et TPE promulguée le 18 juin dernier, reconnaît officiellement pour la première fois les métiers d’art en tant que secteur économique à part entière. Toutefois, ce secteur d’activité reste encore peu valorisé et mal perçu. C’est pourquoi les artisans d’art ont tendance à innover de plus en plus en matière de stratégie collective, pour s’adapter à une société sans cesse en évolution et fortement orientée vers une consommation de masse et à bas prix. Lire la suite

S’associer entre artisans pour développer son activité : cas de la maréchalerie

AOCDTF Senlis 2011Travailler en réseau, « ensemble », a toujours été le talon d’Achille des artisans très attachés à leur indépendance. Pourtant, ce mode d’organisation devient de plus en plus nécessaire pour gagner des marchés (pour offrir une complémentarité de compétences et de prestations) ou tout simplement pour gagner en rentabilité. Tous les métiers sont potentiellement concernés, y compris les plus traditionnels comme la maréchalerie.

Le métier de maréchal-ferrant en France regroupe environ deux mille maréchaux qui prennent soin de la locomotion d’un million d’équidés par un travail approprié sur leur boîte cornée. Ce faible effectif réussit, à faire fonctionner l’ensemble de la filière : courses, sports et loisirs équestres, écoles d’équitation, particuliers, chevaux de travail, élevages, etc. Cette filière représente 75 000 emplois et 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013. Lire la suite