Le nouveau dynamisme de la proximité

ProximitéLes entreprises artisanales et du commerce de détail s’inscrivent principalement dans les circuits économiques de proximité, leurs produits et prestations étant majoritairement destinés, dans la plupart des secteurs, à la population résidente ou de passage (les touristes). C’est le cas notamment des artisans et commerçants des métiers de bouche dont l’offre concerne principalement les achats de quotidienneté.
Lire la suite

Repenser le point de vente et la relation client avec le digital

Point-de-vente-connecteLes entreprises de proximité connaissent aujourd’hui des mutations aussi importantes, si ce n’est plus, que celles qu’elles ont pu connaître dans les années 1960 avec le développement du format de la grande distribution. Sous l’effet des bouleversements induits par Internet, de l’évolution des modes de consommation et de l’émergence des consomm’acteurs, les entreprises de proximité sont au cœur d’une transformation importante de leur modèle d’activité. Lire la suite

La stratégie Web dans les commerces de proximité de l’alimentaire

Tablet computer with chef and recipe website template isolatedAvec les crises alimentaires successives, la montée du souci environnemental et sanitaire, la demande croissante d’informations (d’après une étude d’IPSOS, en janvier 2014 1 Français sur 2 estime ne plus savoir ce qu’il mange), les possibilités d’information et  d’achat par Internet,  les tendances de consommation dans l’alimentaire ont évolué vers de nouvelles attentes sur la transparence des produits, les circuits courts, la qualité de service, les modalités d’acquisition à distance et 24h/24 sur Internet. Chaque année depuis 2011 la part de marché du e-commerce alimentaire double en France. En 2013, il représente 3% de la part de marché soit 4,1 milliards d’euros (Chiffres-clés 2014 de la FEVAD). Le commerce électronique, drive compris, poursuit inexorablement sa progression (+12% entre 2012 et 2013, Chiffres-clés 2014 de la FEVAD).

Lire la suite

Le drive de produits locaux, un mode de commercialisation adapté à l’artisanat

Un drive de produits locaux permet à deux attentes de se rejoindre. D’une part, celle de consommateurs de plus en plus pressés et pratiquant la commande en ligne, d’autre part celle du «locavore» néologisme utilisé pour désigner le consommateur qui donne la priorité aux produits locaux et sains, dont l’origine géographique est située à moins de 160 km de son assiette…. Il est vrai que les différents scandales alimentaires passés, la défiance qui en a résulté, ajoutés à l’envie de préserver l’environnement, jouent en faveur du manger local !
En 2010, 71 % des Français interrogés pensaient qu’il est important d’acheter des produits locaux (*Source : Natural Marketing Institute). Cependant, la pratique locavore est loin d’être majoritaire car l’offre de produits locavores ou locaux est limitée dans les commerces.
Selon Lionel Astruc, coauteur de «Manger local», la part de marché des circuits courts n’atteint aujourd’hui que 1 à 3 %, alors que la demande pourrait couvrir 10 à 20 % du marché».

Une réponse adaptée à un marché de proximité

Les premiers drives issus de la grande distribution naissent au début des années 2000 et sont, depuis, présents dans les plus petits territoires. Pour une fois, l’artisanat peut s’inspirer des idées de ses «meilleurs ennemis» ! Pourquoi ne pas répondre aux deux attentes des clients : allier le côté pratique du Drive et proposer des produits sains et locaux ?

Lire la suite