Exploiter le potentiel commercial d’une vitrine tactile

Global communicationNaturelles pour certains, incroyables pour d’autres, les technologies tactiles font maintenant partie de notre quotidien. Présentes dans notre poche, sur nos écrans d’ordinateur, tablettes, poignées de voitures, etc…, ces technologies s’attaquent maintenant à nos vitrines. Pourquoi ? Comment ? Quelle en est l’utilité ? Lorsqu’une entreprise possède un lieu de vente, dans la grande majorité des cas, elle possède une vitrine ou une devanture. Cet espace permet à l’artisan-commerçant de présenter ses produits, de les mettre en scène et donc de les mettre en valeur. Il peut aussi ouvrir une vitrine sur l’atelier permettant de le voir à l’ouvrage, renforçant ainsi l’image « fait main » propre à  l’artisanat. Ces vitrines n’ont qu’un but : donner de l’information aux clients. Un second but est envisageable, faire entrer la lumière dans la boutique, mais là n’est pas le sujet. L’artisan le fait de manière instinctive lorsqu’il agence sa vitrine ; il souhaite véhiculer des valeurs, des images, des émotions à ses clients ou futurs clients qui passent devant le magasin et qui vont peut-être entrer grâce à cette vitrine. Selon les spécialistes, une vitrine se change en fonction des saisons, des événements locaux ou nationaux. Elle doit être renouvelée régulièrement, tous les 15 jours à 1 mois maximum. Les vitrines doivent être thématisées pour raconter une histoire aux passants et être colorées pour attirer leur regard.
Pour dynamiser leur vitrine, certaines enseignes s’adonnent à ce qu’on appelle du marketing expérientiel. Récemment une grande enseigne de vêtements a fait parler d’elle (« fait le buzz ») en exposant de beaux jeunes hommes musclés et jolies jeunes femmes dans ses vitrines. Résultat, les médias du monde entier avaient les yeux braqués vers cette enseigne qui a fait la une de plusieurs journaux télévisés  nationaux.
Forme de communication passive de proximité, la vitrine ne cesse de se moderniser et tend vers la vitrine tactile. Alliance de la vitrine traditionnelle, de la vitrine en ligne (site Internet) et du concept de marketing expérientiel, ces vitrines vont être de plus en plus présentes dans les grandes enseignes et bientôt chez nos artisans.

Avantages de la vitrine tactile

Le but d’une vitrine tactile reste le même que celui d’une vitrine traditionnelle, donner de l’information, mais la méthode utilisée est différente. La vitrine classique raconte une histoire de manière passive, le passant regarde et c’est tout. Dans le cas d’une vitrine tactile, le passant s’arrête, il analyse, il touche, il cherche. Le client va chercher l’information qu’il souhaite, une information personnalisée qu’il peut recevoir sur son adresse mail. Avantage pour lui, l’information est personnalisée et le suit sur ses supports numériques. Avantage pour l’artisan, vous pouvez savoir qui a recherché cette information, vous avez ses coordonnés et vous pouvez le relancer si besoin est. Ce support permet d’augmenter votre base de données prospects qualifiée.
L’avantage de ce support pour l’artisan est la mise à jour. Là où la vitrine classique demande un certain temps d’agencement, la vitrine tactile se met à jour de n’importe où. Il vous suffit de mettre à jour votre site internet et, si vous avez mis en place une passerelle entre ces deux supports rendus complémentaires, les mises à jour sont automatiques. Il y a donc un gain de temps pour l’artisan, mais aussi une possibilité de changer cette vitrine plus souvent en fonction de son actualité (soldes, saison, etc…).
Autre avantage pour l’artisan, il est en contact 7j/7 avec vos clients et prospects. A tout moment, quelqu’un peut venir chercher de l’information et donc enrichir ses liens de proximité.
En pratique, la vitrine tactile peut être vectrice de sécurité, par exemple pour une bijouterie qui n’expose plus ses produits, mais les met en image dynamique sur l’écran. Une vitrine tactile peut permettre de gérer les flux de clients, comme dans le cas d’un institut de coiffure sans rendez-vous qui crée une file d’attente virtuelle grâce à la vitrine. Le client s’inscrit sur l’écran et reçoit un message pour lui dire que c’est bientôt son tour. Il a donc le temps de faire ses courses avant d’aller se faire coiffer.

Comment s’équiper ?

Des dispositifs sont disponibles depuis peu, souvent proposés par des agences spécialisées dans la signalétique intérieure et extérieure de boutiques. Loués ou vendus, leur prix est encore un frein à leur plus large diffusion. A titre indicatif, le prix à la vente est d’environ 7000 euros en 2014, et la location représente 300 à 400 euros par mois.  Mais l’expérience serait rentable si l’on en croit les retours d’expériences. Surtout, ce dispositif répondrait aux attentes de clients toujours plus demandeurs d’informations. Et pour les artisans-commerçants ce serait un excellent moyen de se démarquer des autres vitrines.
Pour faire face au coût encore élevé de la technologie, il existe des solutions « partagées » bien dans l’air du temps. Il peut s’agir par exemple de mutualiser les coûts en proposant d’afficher dans sa vitrine tactile un contenu qui concerne plusieurs points de vente (et tout autre  émetteur de contenus) dans une même rue ou quartier. Le client se sert de la vitrine comme d’un site « portail » et sélectionne le contenu qui l’intéresse.
Ainsi, par exemple les promotions de la boucherie de la rue se retrouveraient en vitrine d’une agence immobilière ou de la boulangerie.

Retour d’expérience

Karine Legeay, gérante de l’entreprise SIGNA VISION, spécialiste de la signalétique intérieure et extérieure, propose à ses clients depuis 2014 des vitrines tactiles. Dispositif mis au point à l’occasion d’un partenariat de 3 entreprises charentaises dont deux entreprises artisanales, cette vitrine tactile interactive tente beaucoup d’entreprises charentaises qui peinent à passer le pas.
« En l’espace de 4 mois, la première agence immobilière qui s’est équipée a augmenté sa fréquentation de 30% » nous explique Mme Legeay. Générer plus de trafic dans l’agence est une source d’augmentation du chiffre d’affaires. « Il faut aujourd’hui que le client ait de l’information rapidement, que ça aille vite et que ça soit dynamique ».
Pour le moment le dispositif est proposé sur la vitrine de l’entreprise, Mme Legeay envisage de le partager avec plusieurs artisans pour laisser le passant choisir l’information qu’il recherche. « Il est possible de partager ou louer des espaces de vitrine chez un autre artisan », nous explique Karine Legeay, «c’est une chose qui peut être intéressante et qui permettrait de réduire le coût».


Lire aussi : Le point de vente : nouvel espace de jeu?

 

3 thoughts on “Exploiter le potentiel commercial d’une vitrine tactile

  1. Pingback: Exploiter le potentiel commercial d’une v...

  2. Pingback: Exploiter le potentiel commercial d’une v...

  3. Pingback: Exploiter le potentiel commercial d’une v...

Laisser un commentaire